La Formule E est un peu notre âme sœur

Le passage aux voitures électriques se fait beaucoup plus vite que ce que nous pensions

Les technologies novatrices sont au cœur du métier d’ABB. C’est pourquoi nous sommes intimement convaincus de l’avenir des véhicules électriques. La Formule E, le championnat de monoplaces électriques dont ABB est le nouveau partenaire attitré, représente la plateforme idéale pour diffuser ce message.

« Je suis ravi de travailler pour une entreprise qui améliore la durabilité de la Terre grâce à la technologie. Notre CEO synthétise cette vision : ‘Nous voulons gérer le monde, mais sans consommer toutes les ressources de la planète.’ En 2016, nous avons soutenu Solar Impulse, un avion solaire qui a survolé la Terre sans consommer la moindre goutte d’énergie organique. Nous faisons aujourd’hui un pas de plus vers le grand public, à travers un projet dont la visibilité est résolument plus grande. La Formule E est en quelque sorte notre âme sœur. Elle est porteuse du même message. J’ai eu la chance d’assister à l’E-Prix sur le circuit des Invalides au cœur de Paris. C’était une expérience formidable. C’est une course qui ne dérange personne au niveau pollution ou bruit. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui y assistent en famille. »

Gestion intelligente de l’énergie

« Plus qu’un simple sponsoring, notre engagement en ABB Formule E est un véritable partenariat. Il nous donne l’occasion de mettre à l’honneur et de tester nos technologies. Dans le cadre de la transition des sources d’énergie polluantes vers les sources d’énergie propres, il est avant tout question de gestion d’énergie. Le soleil et le vent ne se commandent en effet pas, à l’inverse de l’énergie produite par une turbine à gaz… En Formule E, c’est la voiture équipée du meilleur système de gestion d’énergie qui remporte la course. Tous les bolides embarquent la même batterie et récupèrent l’énergie quand ils ralentissent. L’entièreté du processus occupe un encombrement réduit. Cela nous permet d’analyser comment nous pouvons l’adapter à plus grande échelle, stocker un surplus d’énergie et en générer davantage en cas de besoin. »

Un monde différent

« La Formule E rencontre de plus en plus de succès. Je constate que la prise de conscience au sujet de la conduite électrique gagne du terrain, surtout chez la jeune génération. Mes enfants y sont déjà beaucoup plus réceptifs. Je pense que le passage à la conduite électrique se fera plus vite que ce que nous pensons. Comparons cette évolution à celle des téléviseurs. Avant, nous avions de gros postes de télévision à tubes cathodiques. Tout à coup, les écrans plats sont apparus. De nombreuses personnes sont alors restées fidèles aux anciens modèles, dont l’image était considérée comme de meilleure qualité et plus chaude. Personne ne croyait aux écrans plats. Pourtant, le marché a très vite basculé. Le prix ont diminué et l’offre (en provenance essentielle de Corée du Sud et du Japon) est devenue suffisante.

Pour les voitures électriques, l’histoire se répétera. La transition prendra peut-être une demi-génération ou une génération toute entière, cela dépend des gens. Mais on voit que même les compagnies pétrolières comme Shell investissent massivement dans les infrastructures de recharge électrique. Cette technologie s’imposera également dans les transports publics, avec notamment les bus électriques. Aujourd’hui, ABB soutient des projets de bus électriques et d’infrastructures de recharge à Charleroi, Namur et Luxembourg. Je suis convaincu que nos petits-enfants vivront dans un monde complètement différent du nôtre. »

Un déclic suffit

« Pour ma part, j’ai franchi le pas vers la conduite électrique il y a six mois. Je voulais surtout voir ce que cela changeait en termes de gestion et de planification. Il faut savoir que je roule environ 40 000 km par an et que je possédais une voiture diesel affichant 1 000 km d’autonomie. Tout cela a bien changé. Je roule désormais à l’électricité et je n’ai dû recharger qu’une seule fois en chemin. J’ai pu planifier parfaitement toutes les autres recharges. Il suffit de s’organiser et d’avoir le déclic.

Si je vois que ma batterie est presque vide, je peux la recharger à la maison ou au bureau. ABB dispose en effet de cinq implantations au Benelux où il est possible de recharger un véhicule électrique. Et de plus en plus d’hôtels proposent une station permettant de recharger le véhicule la nuit. C’est aussi le cas à la gare de Gand. Là, vous pouvez vous garer presque à l’entrée, où une borne de recharge est à disposition. La conduite d’une voiture électrique est plus agréable à bien des égards. Il suffit d’avoir le déclic et de s’organiser. »

Catégories and Tags
L’auteur

Jo Pauwels

Managing Director, ABB Benelux, since November 2017. Jo focuses on leadership in breakthrough technology in the field of electrical energy and automation for utility companies, industry, transport and infrastructure. He gives priority to existing and potential customers, motivated and expert employees in an inspiring and healthy corporate culture. Joined ABB in 1981.
Commenter cet article